Pour en savoir plus sur l’origine de la Ville d’Hiver…

Deléglise Immobilier

Pour en savoir plus sur l’origine de la Ville d’Hiver…

Villa Athena - Ville Hiver - Allée Faust

Aux origines de la ville d’Hiver

Avant de s’attarder sur les illustres personnages qui ont donné leurs noms aux rue de la Ville d’Hiver, il convient de rappeler le contexte de la génèse de ce quartier si singulier.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce quartier où trônent de magnifiques villas n’est pas le plus ancien d’Arcachon. Les premières villas colonisent en effet le bord de mer dès 1830. La création de la Ville d’Hiver date de la deuxième moitié du XIXe est issue de la combinaison de deux enjeux.

La compagnie des chemins de fer du Midi

Le premier est tout d’abord économique avec la volonté des frères Pereire de rentabiliser leur acquisition de la ligne de chemin de fer qui allait de Bordeaux à La Teste de Buch (1852). Faute d’un trafic suffisant hors période estivale, cette compagnie n’avait su amortir les infrastructures et investissements initiaux. Isaac et Émile Pereire décident de poursuivre la desserte de la ligne jusqu’à Arcachon. Reste à inventer un concept afin de doper l’attractivité de la station balnéaire. Il s’agit d’assurer un trafic constant toute l’année et surtout en Hiver, Automne et Printemps !

Photo ancienne - La gare d'Arcachon en 1900

Une ville santé

L’autre enjeu est médical: la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle sont marqués par la tuberculose. Il s’agit également d’une période marquant l’avènement de l’hygiénisme: une doctrine où la tuberculose est désignée comme un mal urbain. Cela relance l’idée d’une France des campagnes saines et l’émergence des stations thermales qui connaitront leurs heures de gloire (Vichy, Cauterets etc.).

Les frères Pereire décident de créer un environnement propice au soin des maladies pulmonaires et surtout, de le faire valider par la communauté scientifique de l’époque. Si la douceur du climat arcachonnais était déjà reconnue dès la première moitié du XIXe pour faciliter la convalescence des malades, il restait à convaincre l’aristocratie et la riche bourgeoisie de séjourner à Arcachon.

Bain de mer Arcachon debut XXe

C’est le corps médical qui en multipliant les publications scientifiques fera de la Ville d’Hiver un endroit incontournable pour les curistes français et étrangers. C’est ainsi que spécialistes du traitement de la phtisie honoreront de leurs noms la plupart des allées de la Ville d’Hiver: Allée du Docteur Pereira (cousin d’Isaac et Emile Pereire), Allée du docteur Fernand Lalesque ( médecin du service des bains de mer et du sanatorium marin d’Arcachon), Allée Corrigan (du nom de ce docteur Président du Collège des médecins d’Irlande), Allée (du docteur) Sarraméa, rue du docteur Alfred Festal (spécialiste de l’Héliothérapie marine), Allée du docteur Jacques Monod.

D’autres allées prendront le nom de personnalités célèbres comme Victor Hugo ou Alexandre Dumas (allée Montretout à l’origine) ou encore celui de l’incontournable opéra Faust.

En travaillant de concert avec cette communauté scientifique de l’époque, les frères Pereire façonneront le paysage en créant des allées courbes afin d’empêcher le vent de s’y engouffrer; promenades et programmes spécifiques seront créés par les meilleurs médecins de l’époque pour cette clientèle fortunée…

Villa Flore - Ville d'Hiver - Arcachon Immobilier - DELEGLISE PROPRIETES

Isaac et Émile seront également bien évidemment à la manœuvre dans les opérations foncières et la création des Arcachonnaises. Pour cela, ils travailleront avec des architectes de renom pour créer un quartier unique avec de magnifiques villas de villégiature. Avec leurs façades d’apparat et leurs éléments de confort, elles disposent de tous les attributs pour accueillir la clientèle exigeante et aisée de l’époque.

C’est d’ailleurs l’un des aspects recherché par les acquéreurs actuels. Ils achètent des maisons « signés » par les architectes de l’époque comme Paul Régnauld (ingénieur en chef de la Compagnie des Chemins de fer du Midi qui signera entres autres Trocadéro), Gustave Alaux (Villa Faust), Fernand Pujibet (Giroflé, La Roche aux Mouettes…), Jules cornède de Miramont ou encore Marcel Ormières

Crédits photos: Hugo Teste